Non mais c'est pas permis !!

Publié le par estelle verdier

Après maints échecs en terre natale je me suis décidée à tenter l'expérience du permis de conduire à l'International. Le Kenya bénéficiant d'un accord avec la France permettant de transformer un permis kenyan en permis français sur simple demande, je me suis décidée à passer mon permis ici. Si tôt dit (presque) si tôt fait. Petit tour à l'auto école et je décroche un rendez vous le lendemain pour une évaluation de ma conduite (chose inespérée en France où tout est question de temps). Le lendemain passage par la salle d'entraînement théorique ou je découvre le matériel local d'apprentissage : un lot de petites voitures et un tapis de jeu d'enfants avec des routes et un rond point dessinées…  Petit interrogatoire sur les "road signs" (ma mémoire me joue alors quelques tours) et un petit coup de mumuse avec les  petites voitures, exercice qui me semble tout d'abord enfantin mais qui s'avérera bien plus complexe… je pars ensuite pour un test de pratique…Pour une bonne entrée en matière je commence par me diriger sur la gauche de la voiture avant de réaliser que la voiture n'a pas de volant… "strange"!! Ah oups, non, je me suis trompée, on est au Kenya le volant c'est de l'autre coté.

 

Petit tour "pole pole" (doucement en swahili). Les choses se corsent quand dans une rue le moniteur me demande ce que je ferai pour prévenir les gens derrière moi si il y avait un arbre en travers de la route je me creuse la tete : warning … ??? et j'abandonne, je vous fais pas subir l'intense moment de suspens par lequel j'ai dû passer… il faut juste faire demi-tour…ok.

 

Après quelques craintes de ne pas trop gérer la conduite a gauche (volant a droite) je me rends compte que ce n'est vraiment pas sorcier, juste un peu de dextérité à acquérir avec la main droite pour les vitesses.

 

Suite à cette séance évaluation on m'annonce le nombre d'heures que je dois prendre avant de présenter mon permis… 7h de leçons (pour un coût de 50 euros ce qui équivaut au prix d'une présentation au permis en France): 2h de pratique et 5h de théorique. Ce sera donc une semaine d'entraînement avant le boulot (7h à 8h).

 

Les leçons de pratique  seront assez originales : vitesse max 35 km/h, presque que des routes sans jonctions = la balade, pas de référence aux rétroviseurs ni aux clignio... Jour de pluie sans aucun système de désembuage en état de marche sur le parebrise et sur la vitre arrière, conduite à l'aveuglette le nez sur le pare-brise pas moyen d'éviter les nids de poule (ou plutôt de retrouver la route entre les nids de poule…c'est l'Afrique).

 

En ce qui concerne les leçons de théorie : je suis devenue une experte en vocabulaire anglophone de la route. De temps à autre petit aparté en swahili… Les exercices de petites voitures se révèlent très "tricky". Une gestion du rond point bien différente de la nôtre.

 

La sécurité routière est abordée sous un autre angle ici le mot d'ordre étant de fermeture de toutes les portes dès qu'on entre dans une voiture et pas d'arrêt aux feux rouge la nuit pour éviter le car-jacking. Quelques bizarrerie du code kenyan comme les "hand signs" qui consistent à indiquer avec ses bras-mains en plus de ses cligno (censés être souvent H.S) où on se dirige : trois tours de bras par la fenêtre dans le sens des aiguilles d'une montre pour tourner à gauche, main levée au dessus du volant pour aller tout droit…

 

Panneaux warning indiquant tous les animaux de la savane, panneau interdisant l'accès aux charrettes à bras…

 

Les leçons ont lieu dans une salle de 4 m2 sur le tapis avec les routes au milieu et une quinzaine de personnes autour,  pour sûr c'était convivial!!

 

Bref après cette semaine éprouvante d'entraînement me voilà  prête ce matin pour le test. Réveil avec une pluie battante,  idéal pour un test, "anyway" direction la "police station" à l'extérieur de Nairobi. On m'avait annoncé qu'on serait beaucoup, mais là,  c'était toute l'Afrique qui s'était donné rendez-vous, environ 200 personnes, la matinée promettait d'être longue. Le test théorique a duré deux minutes : le temps de vérifier deux trois "road signs" et de me planter quelque peu sur l'épreuve des petites voitures. Sortie du bureau de police sans trop savoir si je dois passer à la pratique… Apparemment c'est pas grave de se planter à l'épreuve théorique, je pars pour la conduite. Apres un "speach" pour nous mettre en garde "again" contre toute tentative d'influence de l'examinateur à coup de billets, on embarque un gros officier dans la voiture et c'est parti…euh presque… le premier à passer a du mal a enfoncer la clef puis oublie le frein à main, bref après avoir calé deux-trois fois on décolle. Assise à l'arrière grand moment de frayeur au moment de sortir de la "police station" j'ai cru finir coupée en deux, l'officier tenait le volant presque tout le temps… Après deux cent mètre: arrêt, je prends la place du pilote: je me réinsère sur la route, je tourne a gauche puis arrêt (trajet de moins d'une minute au chrono). Les autres finissent le tour de la "police station" et on nous fournit nos permis de suicide…euh de conduire.

 

Publié dans bibiestelleaukenya

Commenter cet article

le petit dernier de la famille 18/11/2006 11:31

bein maman?!!!
tu m'avez pas dit que t'avais un site. je l'ai découvert complètement par hasard mais maintenant, c promis, je viendrais plus souvent.
en tt cas, félicitations, il est haut en couleur, varié et amusant. ton dernier article sur le permis de conduire m'a fais mourir de rire (si si je te jure!). je t'imaginais déjà, chère petite mère innocente aux mains hésitantes, au volant de ces monstres d'acier, écrasant avec ta naïveté légendaire les pauvres petits noirs...
bon ceci dit, je vois que t'as pas le temps de te faire chier; d'ailleurs t'es bien entouré dis moi quant je vois les clichès de ces bouts de barbacks de 130 kilos qui t'accompagnent pendant tes classes vertes....attention maman, j'aime pas cafeter mais quand c'est une affaire de famille, ca peut chier! on t'a déjà dit qu'on voulait pas d'un autre père:papa nous a suffisament donné de mères différentes comme ca! (d'ailleurs quant tu lui parleras la prochaine fois -puisque j'imagine que toi tu a cette chance- dis lui que son fils est décu de sa conduite de père indigne; je préfère la chaleur de la DASS!)
je remarque aussi que t'es bien entouré par la gente féminine, notamment ces blacks aux seins gonflés!!! RHAAAAA!! ca me manque ces petites formes exotiques, ces croupes couleur ébène!! c'est pas que la chinoise ets moche mais bon, question variété c'est pas trop ça. Pourtant, on en a bcp des noirs nous aussi mais c'est ts des clones de rappeurs US... .
bon sur ce continue ton travail de missionnaire acharnée, converti ses petits singes farceurs, ne fricotte pas avec les gorilles qui t'entourent pdt les safaris (je parle ds gorilles blancs) et visite nous sur notre blog!
bisou maman chérie