et voici l'aventure de mes 20 ans

Publié le par estelle verdier

Au moment où la pollution et  l'ambiance d'insécurité de Nairobi commençait à être vraiment pesante, ce petit week-end au vert ou plutôt au jaune m'a à nouveau convaincue de la chance que j'avais de vivre ici. Ce fut exceptionnel.

 

 

Au cours d'une petite soirée chez ma compagne de voyage, Val (non mon ex-colok ne m'a pas suivie), je découvre mes compagnons de voyages. Voilà déjà le week-end qui  s'annonçait bien. Samedi matin les 7 gais lurons que nous étions embarquons dans un 4*4 et un pick-up. Avant même notre départ nous déplorons la perte d'un de nos camarades atteints par une de ces étranges maladies qui sévissent au Kenya (les expat' tombent comme des mouches).

 

 

Après avoir quitté la ville, nous retrouvons les paysages désertiques à perte de vue. Notre pick-up reconverti en taxi collectif fait la joie des kenyans que nous croisons sur le bord de la route. A travers des belles oreilles Masais, on continue d'admirer le paysage. A mi parcours on découvre une immense usine de sel autour de laquelle des milliers de flamants roses errent sur une mer de sel. La route finie,  on attaque les pistes de sable au milieu des zèbres, girafes, autruches, gnous? La sensation de glisse sur le sable me rappelle, non sans émotions, mes glissades sur les pistes de ski, chaque voiture laisse derrière elle un épais nuage de poussière, plus de pistes à suivre, orientation GPS, slalom entre les acacias et les termitières, courses de voitures, traversée de villages Masais, toujours pas une voiture ou un touriste à l'horizon.  Quel bonheur!. Petite balade en pick-up, cheveux au vent sous un soleil de plomb recouverts de poussière, traversée acrobatique de rivières en voiture. Arrivée au pied du Sampole (volcan magnifique)  à deux pas du lac Natron en Tanzanie, on se décide à monter notre campement. A peine arrivés, une tribu de Masai nous repère et se décide à passer la soirée avec nous. Peu enthousiastes par cette perspective, on essaie d'abord d'attendre leur départ et au bout d'une heure nous réalisons que nous sommes définitivement le seul projet pour leur soirée. On entame donc les festivités avec eux. Très étonnés par la pilosité de nos cinq mâles et par la chevelure de ma compagne et de moi-même, on passe la soirée à se faire tripoter par les Masais. J'ai eu le droit à une petite décoration à la Masai. Chacun de nos gestes est observé de près. Mon colok et notre représentant toulousain comme à leur habitude s'en prennent au peu de flore qui nous entoure à coup de coupe-coupe.

 

 

A minuit me voilà prise d'une poussée de croissance, ça y est, j'ai 20 ans, attendrissement de mes compagnons devant mon jeune âge, mon gâteau d'anniversaire prend la forme d'une tranche de pain surplombée de bougies. La fête bat son plein, les Masais sont initiés par nos soins à la Tusker. Ils s'accrochent, ce n'est qu'aux alentours de deux heures que les Masais nous abandonnent.

 

 

Il fait une chaleur de fou, la nuit sera agitée entre les complaintes répétées face à la chaleur, les estomacs peu résistants à nos doux breuvages, les pertes d'orientation pour trouver la sortie sous les tentes couplées à une envie pressante de se libérer l'estomac, tout ça nous produira des situations des plus comiques. La nuit sera d'autant plus courte qu'à 6h30 nos amis Masais viennent secouer nos tentes.

 

 

Quelque peu exaspérés par leurs assauts répétés sur nos personnes, on démonte en deux deux notre campement et on prend la fuite. Petit dej' près d'une girafe. C'est reparti pour un tour de rodéo debout dans la remorque du pick-up, non sans danger : je me choppe une branche d'acacias dont les aiguilles viennent se planter dans mon crâne et me donne droit à une séance d'épilation capillaire (pince à épiler pour extraire les aiguilles). Les paysages sont magnifiques, quel bonheur!!!!

 

 

Zone hautement appaludé j'en ressorts piquée de partout, si dans le tas y a pas une piqûre de palu je serai bien chanceuse (pour l'instant aucun signe) !

 

 

Publié dans bibiestelleaukenya

Commenter cet article

Marion 04/10/2006 13:38

mais comment veux tu qu'on commente un truc comme ça!!!!
tiens ton carnet de voyage, tu vas jamais te rappeler tout ce que tu vis là-bas!
et Joyeux anniversaire encore!!!!